Textes

L'HERBE ROUGE

Je ne suis jamais en colère Jamais révolté Si j'ai vécu la misère Je l'ai oubliée Cette société qui m'offense Qui m'oblige à travailler Pour mériter ma pitance Je l'ai oubliée Tous ces dieux qui se chamaillent Pour m'entendre confesser Les péchés qui me tenaillent J'les ai oubliés

Je suis sans mémoire Comme neige, tout blanc Dans un béant trou noir Je suis tombé enfant Mes souvenirs dégoulinent A tambour battant Dans une machine A laver le temps

Je n'ai ni haine ni rancune Qui puisse m'habiter Quelles que furent mes infortunes J'les ai oubliées Toute la bêtise humaine Que je peux côtoyer Qui me ramène à la mienne Je l'ai oubliée Je ne pleure pas sur les tombes Qu'on creuse à mes pieds Je regarde vers les colombes Pour les oublier

Je suis sans mémoire Comme neige, tout blanc Dans un béant trou noir Je suis tombé enfant Mes souvenirs dégoulinent A tambour battant Dans une machine A laver le temps

Tous les jours quand je me lève Je recommence à zéro Une nouvelle vie de rêve Je suis un homme nouveau

Je suis sans mémoire Comme neige, tout blanc Dans un béant trou noir Je suis tombé enfant Mes souvenirs dégoulinent A tambour battant Dans une machine A laver le temps

RedSteph
Lina 27/10/2013 at 12:47

Salut, bien vu, comment se débarrassé du super flux??

Répondre - Link
Lina 27/10/2013 at 12:57

« Au pas de l’oie »
Pas tout à fait d’accord, Y en a encore qui suive le mouvement du joli mois de Mai…ouf heureusement. Merci à vous

Répondre - Link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.